Présentation de la ville

vue-aérienne-ville

Entre ville et campagne, Vert-Saint-Denis se veut chaleureuse et citoyenne. La ville se situe à une quarantaine de kilomètres de Paris et appartient à l’agglomération de Grand Paris Sud (Seine Essonne Sénart),qui regroupe 24 communes.

Vert-Saint-Denis a su évoluer en gardant son identité de petite ville accueillante, à taille humaine, où l’économie est aussi présente, avec deux zones d’activités et de nombreux commerçants et artisans.

Vert-Saint-Denis, commune Seine et Marnaise s’étend sur 16,13 km2 sur le plateau de la Brie en rive droite de la Seine. Elle est et est constituée d’un bourg et de deux hameaux, Pouilly-le-Fort et le Petit Jard.  Au nord, on retrouve essentiellement un territoire agricole avec les deux hameaux et plus au sud la forêt de Bréviande, espace de respiration et de détente. La commune est également parcourue par le ru de Balory qui prend sa source au nord de Pouilly-le-Fort et traverse tout le territoire communal. D’une longueur totale de 11 km, le ru se jette dans la Seine à Seine-Port.

7 455 habitants(recensement 2017) peuplent cet espace privilégié entre ville et campagne et bénéficient de services complets mis à leur disposition. La commune se veut résolument à l’écoute des habitants, pour faire de Vert-Saint-Denis, une ville où l’on s’entend, où il fait bon vivre et évoluer.

Les Verdionysiens

C’est le nom des habitants de notre commune (c’est-à-dire le gentilé).

Saint-Denis

Le nom de la ville vient du martyr Denis (IIIe siècle) qui fut le premier évêque de Paris. Son tombeau se trouve sur la commune de Saint-Denis, à l’emplacement de la basilique qui porte son nom, dont le premier bâtiment date du Ve siècle. Le gentilé des habitants de cette ville est donc Dionysien-ne en référence à Dionysius (Denis en latin).

Denis de Paris, Dionysius en latin, dénommé dans toute la Chrétienté médiévale saint Denis est un saint tutélaire à la vie légendaire et le premier évêque de Paris. La cité se nomme alors Lutèce. Il est aussi le patron d’un prestigieux monastère homonyme, qui accueille de riches fondations royales à partir du règne de Dagobert Ier, garde depuis ce temps mérovingien les tombes de rois de France. Cette institution monastique devient grâce aux vastes donations et attributions des premiers Carolingiens un des plus riches centres religieux de l’Occident chrétien autour de l’an 800.

Vert-Saint-Denis

Très longtemps écrit Ver ou Verne, le mot vient du gaulois Vernos signifiant aulnes, arbres qui poussent le long des rivières et des rus. Le passage du ru du Balory a sans doute favorisé cet arbre. En 1204 le nom était Boscus de Ver, puis Ver les Meleun puis Saint-Denis du Vert et enfin Vert-Saint-Denis. Ver est ainsi devenu Vert et Saint-Denis doit le nom en raison de l’appartenance de nombreuses terres locales à l’abbaye de Saint-Denis.